Du pouce jusqu’à l’auriculaire

mountaincutters
Du O4 février au 04 avril 2021
Fermeture de l’exposition jusqu’à nouvel ordre
Possibilité de visites professionnelles sur rendez-vous : mene@espacecroise.com

L’Espace Croisé, nouvellement implanté dans l’ancien Monastère des Clarisses à Roubaix, accueillera son exposition inaugurale « du pouce jusqu’à l’auriculaire », résidence de création in situ du collectif mountaincutters.
Au travers le prisme de leur pratique d’installation in situ, les artistes de mountaincutters, produiront un nouveau cycle de travail entrant en résonance avec l’histoire et l’architecture de ce lieu patrimonial roubaisien.

Habiter dans l’épaisseur du vide détruit tout potentiel d’horizon. Qui voudrait exclure le vivant et le mort ? Les alertes et les vertiges ? Il semblerait que cela produise d’autres catégories de réalités. Celles cachées sous des surfaces.
Mais comment peut-on se tenir à la fois vivante et désunie, désolidarisée de la réalité ? Par quelle prise s’accrocher au monde ?

Un espace hermétique.
Un silence entre les murs.
Se le déplier. Se le construire.
Géométriser.
Des angles. Des cordons de soudure.
Etablir un creux. Celui que j’entoure. Et y voir le moule d’une pulsation. Je au pluriel, sans visages. Elles résident toujours là, au fond des murs : les biographies anonymes, brique par brique, maçonnées dans l’enceinte. La particularité du je. L’élargissement du nous. Des mains vétustes, enfin une raison qui ferait déborder.

Se retrancher dans le lieu et déchiffrer un code invisible, ou plutôt infiniment discret, presque immobile, qui continue sans cesse d’élaborer les signes du temps. Une vitesse qui s’étire, lente et qui ne rompt pas. Une vitesse qui s’affaire dans le creux des êtres.

Dans les espaces réduits à leurs moindres mesures.

Quels actes, quels incertitudes amener dans un lieu disjoint de tout territoire ? Un lieu sans géographie ? Sans cicatrices ?

Y concevoir un système clos, communiquant, à des dimensions étendues, pouvant mesurer le nous élargi. L’objet-horizon. Système d’abri sans paysage. Sans ancêtres.

Y pénétrer par des gestes aveugles. Malaxer l’insonore. Dans la cellule, en mesurant sa pensée avec les doigts écartés, une mesure intuitive, environ 20 centimètres, depuis le pouce jusqu’à l’auriculaire.
Une pensée en conflit consciente de son ankylose. De sa stagnation. Tournée vers des processus intérieurs pour se situer au-delà. Rester assise bloque les hanches.

mountaincutters