Jérôme Grivel

Né en 1985 à Mulhouse, il vit et travaille entre Montreuil et Nice.
Sa production artistique renvoie aux thèmes récurrents de la faculté des corps à répondre ou à s’accommoder de situations particulières. Qu’elles se manifestent sous formes de contraintes, de stimuli, d’invitations ou d’injonctions, ses sculptures, installations, vidéos et performances défont les relations ordinaires et prévisibles entre espaces, expériences et limites. La coercition apparente peut ainsi venir révéler la possibilité d’une prise de liberté et la frustration être le vecteur d’une réinvention des capacités de faire et d’exister.
Son travail a été montré en France et à l’étranger dans diverses galeries, festivals et institutions dont une exposition monographique à l’Espace de l’Art Concret en 2015 (Mouans-Sartoux, F) et des présences dans des expositions collectives : Institut d’Art Contemporain (Villeurbannes, F), Cité internationale des Arts (Paris, F), une participation à la biennale de Mulhouse en 2012 (F), au Salon de Montrouge en 2009 (F) et au festival City Sonic #7, en 2009 (Mons, B).
Parallèlement à sa pratique personnelle, il se consacre à de nombreuses collaborations et projet curatoriaux. Il développe notamment une activité de musicien et participe à plusieurs formations de musique noise et expérimentale. Son intérêt et sa pratique de la musique improvisée l’amène à co-créer et organiser le festival de M.A.I (musiques actuelles improvisées) à Nice en 2012 et 2014. En 2013, il rejoint le groupe de recherche Frame avec qui il organise diverses expositions et participe à des programmes liés aux questions de recherches en art (Université Nice Sophia Antipolis en 2014 et 2015 ; Institut d’Art Contemporain de Villeurbanne en 2016 et 2017).
Depuis 2014, il collabore avec le chorégraphe Michaël Allibert autour de projets entre installations et pièces chorégraphiques.